Accueil   >   Informations économiques   >   Secteurs   >   TICs: Madagascar, l'île con...

Langue utilisée :

  • fr
  • Eng
  • ch

EDBM

Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

TICs: Madagascar, l'île connectée

TICs: Madagascar, l'île connectée

Madagascar est actuellement à l’ère du très haut débit grâce aux deux grands fournisseurs de capacité internationale. Avec une capacité extensible de 8,3 Gbps et plus 10.000 km de long, le câble fibre optique sous-marin EASSy (East Africa Submarine System) relie actuellement la grande île avec l’Afrique de l’est, l’Océan Indien et le reste du monde. Comportant 2 segments, LION (Lower Indian Ocean Network) relie d’abord l’Ile Maurice à La Réunion puis La Réunion à Madagascar avec un câble long de plus de 1.000 km et une capacité atteignant 2,3 Gbps. Maurice et La Réunion constituent les deux points de connexion au câble SAT-3/WASC/SAFE reliant lui-même l’Europe à l’Asie, en passant par le sud de l’Afrique. Un troisième câble appelé FLY viendra bientôt au nord-ouest et sécurisera en même temps EASSy et LION en reliant Moroni, Mahajanga et Mayotte.

EASSy et LION atterrissent respectivement à Toliary et à Toamasina et se connectent à l’infrastructure de Backbone national desservant plusieurs grandes villes. Le Backbone est constitué de 4.000 km de fibre optique renforcé par 14.000 km de faisceaux hertziens. La couverture de l’île en broadband se poursuit pour atteindre les zones les plus reculées.

Grâce à ces infrastructures modernes et la disponibilité d’une main d’œuvre très bon marché à un bon niveau de compétence et facile à former, Madagascar constitue une destination de choix pour les activités dans le secteur TIC. Les faibles taux de pénétration pour la téléphonie (44%) et l’internet (2%) confirment que le marché local est encore demandeur.

La Loi N°2005-023 du 17 octobre 2005 fournit un cadre légal libéralisant le secteur et instituant 3 régimes : Licence, Déclaration et Libre. Le Ministère s’engage à mettre en place un environnement juridico-fiscal de plus en plus incitatif (avantage des entreprises offshores, statuts d’entreprises franches d’exportation, …) pour garantir le bon développement de l’industrie du TIC. Plusieurs domaines s’offrent alors à tout opérateur local ou étranger voulant investir à Madagascar, notamment :

Parcs technologiques,
Usines de fabrication et d’assemblage de composants électroniques,
Unités de montage d’ordinateurs et d’équipements de télécommunication,
Structures de développement d’applications mobiles à forte valeur ajoutée,
Structures d’intégration de solutions de haute technologie,
Sociétés de télé services (centres d’appels, télémarketing, télé saisie, …),
Sociétés de consulting filiales des multinationaux leaders mondiaux,
Centres de formation certifiante sur les technologies et les standards internationaux en matière de développement d’applications, d’audit de système d’information, d’audit sécurité, de gestion de projet, …

Cadre juridique

• Loi N°2005-023 du 17 octobre 2005 portant refonte de la Loi N°96-034 du 27 janvier 1997 portant Réforme institutionnelle du secteur des Télécommunications

Liens utiles